Sasha Grey, le porno à fleur de peau

Sasha Grey interroge. A la simple évocation de son nom, les mots et les images se bousculent. Que retenir ? La jeune actrice, pourtant débutante, tournant les scènes les plus hardcore ? La référence du gonzo filmée en caméra subjective ? L’icône arty ? La performeuse qui ne recule devant rien ?

La légende

Aux antipodes des pornstars blondes platine siliconés qui peuplent les productions américaines, l’actrice cultive sa différence en piétinant les clichés. Dès sa première scène, Sasha Grey crève l’écran et accomplit l’exploit de surprendre Rocco Siffredi himself dans un gang bang d’anthologie. Depuis, plus rien n’arrête son ascension. 

Une vision sans concession

Icône d’un porno libertaire complètement décomplexé où seul compte le plaisir brut, Sasha Grey prend le pouvoir. Deep throat ou ass to mouth, Sasha enchaîne les figures imposées du genre avec une déconcertante facilité. Elle revendique  son goût pour le sexe extrême et son envie de repousser ses limites. Ses partenaires, hommes et femmes, parlent de ses performances avec une admiration mêlée d’envie. 

Quelque part entre la Girl Next Door candide et la hardeuse lubrique, Sasha et son dirty talk agressif déroutent et laissent pantois les spectateurs les plus blasés. Son physique de jeune fille gracile au teint de porcelaine ne laissent pourtant rien présager de cette frénésie.

Une filmographie riche et atypique

De « 18 years old – Sasha » à « Don’t make me beg » », la filmographie de l’actrice américaine dépasse les 160 films. Ses choix se sont toujours orientés vers les films aux pitchs les plus audacieux et les plus déjantés comme avec « Malice in Lalaland » véritable plongée hallucinogène dans un univers Alt-porn arty et survolté.

Si Sasha a aujourd’hui fait une pause dans sa carrière d’actrice porno, elle ne quitte pas le circuit puisqu’elle a fondé sa propre société de production de films X «  Grey Art ».

L’icône arty

Sasha Grey gravite également dans le milieu indé américain. Son rôle de call girl dans le film de Steven Soderbergh « Girlfriend Experience » lui vaut les éloges de la critique. On a aussi pu la voir jouer son propre rôle dans la série Entourage qui a cumulé les Emmy Awards et les Golden Globes.

Aujourd’hui encore, Sasha Grey continue de brouiller les pistes. C’est dans la musique qu’on la retrouve cette fois avec son groupe indus « aTelecine ».